Le compte à rebours a commencé pour le régime apatride du MPS

Posté le 7 Nov 2012 - 9:28 Par La Rédaction

Le MPS, parti au pouvoir, a tenu son congrès sous le thème choisi par son chef « Rénovation pour une plus grande efficacité ». Au sortir, de Rénovation, on en a vu nulle part, bien au contraire, à l’heure où les formations politiques organisent des élections pour désigner les dirigeants des partis, Idriss Deby, fiévreux, a choisi de nommer, lui-même les responsables de son MPS.

 Il y a quelques années, on se rappelle qu’il avait voulu suivre l’air du temps en laissant faire les militants de son parti  pour la désignation de leur Secrétaire Général. Seulement voilà, par 2 fois, l’ancien Maire de la Capitale Zen Bada fut élu mais Deby s’y opposa et annula l’élection pour faire passer son cabri.

 Etre candidat contre le candidat du chef se paye cash, aussi faudrait-il s’étonner qu’aujourd’hui, l’ancien Maire Zen Bada arrêté pour détournement de fonds publics, soit  maintenu en prison sans jugement. L’accusation cache une volonté d’éliminer un homme qui n’a pas caché sa volonté de jouer un rôle politique. Aujourd’hui, après avoir subi des actes de  torture inouïs, il semble qu’il ait perdu l’usage de sa colonne vertébrale selon les dernières informations. Vous comprenez pourquoi Hassane Saline est nommé Secrétaire général de la Présidence, Moussa Kaddam est président du comité d’organisation du congrès, tous deux originaires de la même région que l’ancien Maire Zen Bada, connu pour sa popularité.

 Alors, vous parlez d’une Rénovation, peut-être que Deby voulait tout simplement dire renouvellement des instances dirigeantes ! Et là encore, tous les caciques sont là, seules quelques têtes ont fait leur entrée ! A ce sujet, on constate que des cadres du parti sont en chute libre et mis à l’écart, c’est le cas de Mahamat Hissein, Assaid Gamar Sileck, Adoum Younousmi (des problèmes en perspective pour lui dans un proche avenir). Une entrée remarquée, celle du ministre de l’information Hassan Sylla Bakari qui est coopté au Bureau politique du MPS,  par ces temps de crise avec la France et de fortes tensions sociales , la main mise  sur les médias s’accentue.

 Dans un discours long et complètement décousu, Idriss Deby a sauté du coq à l’âne sans ligne directrice mais visiblement  tourmenté et affolé par le lâchage de  Hollande. Affolé de perdre son pouvoir, comme une sangsue, il s’est accroché désespérément  aux circonstances de son arrivée au pouvoir en réécrivant, bien sûr, sa propre légende ; oubliant que ceux qui l’ont amené au pouvoir, ne sont guère avares de détails, sans compter qu’à certains de ses rendez-vous avec la DGSE au Champ de Vincennes, il s’y rendait avec une de ses maitresses, laquelle ne s’est guère privée de commentaires pour prouver qu’elle avait vécu des moments « historiques » disons plutôt de félonie historique.

 Il n’a toujours pas compris que cela fait 22 ans, c’est- à- dire une génération de jeunes tchadiens, que le régime de Hissein Habré ne dirige plus le Tchad. Il n’a toujours pas réussi à assumer sa propre histoire, au fond c’est normal, comment peut-il se regarder dans un miroir ? Comment peut-il assumer le monstre qui lui fait face ? Voilà pourquoi, il a besoin de s’accrocher désespérément à Hissein Habré pour pouvoir exister, faute d’avoir des résultats tangibles, incontestables à présenter à des jeunes qui ont ,aujourd’hui, 22 ans, et qui n’ont connu que son régime et pas celui du Président Habré.

 Quel spectacle, ces jeunes de 22 ans ont vu lors de ce Congrès ? Un chef de parti esseulé, le nez bien au fond de sa bouteille,  et qui s’est dit fier de son bilan.

 A l’heure où se tient le show folklorique qui tient lieu de Congrès de son parti moribond, le rapport DOING BUSINESS classa le Tchad à la 184ème place sur 185, La BAD, la Banque Mondiale, le FMI , La Fondation MO Ibrahim, Transparency International, l’UNICEF, toutes ces Organisations  représentées au Tchad ont scanné son bilan honteux, scandaleux et criminel au sens où il sacrifie et compromet l’avenir de tout un peuple. Toutes ces Organisations internationales se fondent sur des données existantes et on peut même dire que dans certains cas, les statistiques sont inexistantes ou non fiables et c’est pourquoi dans plusieurs domaines pointus, les cases restent vides, ce qui laisse supposer que la situation du pays pourrait être pire.

 Chaque année, les résultats sont les mêmes, le Tchad est toujours le dernier. Voilà ce qui meurtrit le cœur de jeunes Tchadiens de 22 ans ; ils ont honte de ce qu’est devenu leur pays, dernier parmi les derniers malgré les milliards des revenus pétroliers.

 Ces jeunes de 22 ans qui n’ont connu que le MPS ont vu une salle pleine, des gens affalés sur leurs fauteuils, des dossiers jetés entre leurs jambes à même le sol , dans un désordre et une pagaille à l’image du régime et de l’Etat clochardisé qu’ils ont mis en place. Aucune liberté d’expression,et quid des synthèses des problèmes du parti et des résolutions,tous les responsables sont désignés par Deby. Des youyous, de la musique, des chants, du griotisme, du maslaha, de l’autosatisfaction,  bref du vent et  de la poussière au fond de la gorge et rien d’autre.

 Au dehors , des milliers de fonctionnaires lèvent le voile par leur détermination, sur la face hideuse d’un régime qui dépense 56 milliards de FCFA pour construire les bureaux du ministère des finances alors que les personnels de santé demandent que les populations de Bokoro et de Mongo totalement démunies puissent bénéficier, dans le cas des femmes qui ont accouché, d’une extension de la prise en charge de 3 jours, et  cette possibilité n’étant pas acceptée, le personnel subit les reproches des populations totalement désemparées.

Ces jeunes de 22 ans qui n’ont connu que ce chef de parti semi analphabète, ont entendu des débilités du genre : « Le MPS, votre parti n’est pas un parti, c’est un mouvement …. Des gens vous ont infiltré et sabotent votre travail… Il n’y aura plus de chefs de file dans le parti… Nous avons des expressions plurielles, mensongères et calomnieuses… ».

 Ces jeunes de 22 ans ont été effarés de voir que, sans avoir réellement travaillé, on a quand même fêté royalement la clôture du Congrès, dans une grande bombance où  Champagne, whisky, vins, et divers alcools coulaient à profusion. A l’heure où les fonctionnaires tchadiens sont en grève depuis 3 jours. Au moment où le gouvernement a refusé de payer le salaire des fonctionnaires grévistes plongeant des milliers de familles dans de graves difficultés. On se rappelle qu’à l’occasion des festivités du cinquantenaire, Idriss Deby avait offert aux jeunes des camions pleins de bière pour faire la fête.

Au lieu de leur offrir éducation, formation, santé, il préfère les saouler pour les rendre inoffensifs .

 L’utilisation de l’alcool comme arme de neutralisation, a été explicitée par lui même, lors d’une partie de cartes avec sa bande habituelle . Il était question à l’époque de Kamougué ,  un membre de son entourage évoquait des réunions au domicile de Kamougué et demandait la conduite à tenir . Ce à quoi, Deby a rétorqué  en  direction d’un de ses proches: « Est -ce qu’on envoie toujours bien les caisses de Whisky chez Kamougué chaque semaine, comme je l’ai demandé ? » Réponse : «  Oui, sans faute, chaque semaine, depuis bientôt 10 ans ! », «  Très bien, alors pas de problèmes, les réunions, c’est pour le whisky tout simplement ! » lança Deby. Eclats de rire général !

 Dans son discours , Idriss Deby a sans relâche essayé de rassurer les militants  sur le fait que son pouvoir ne vient pas d’un soutien de l’Etranger, en fait, l’atmosphère au sein du parti est à la panique, tout le monde pense aujourd’hui qu’une réelle menace pèse sur son régime à cause du lâchage de la France. Deby a sué pour trouver mille arguments pour convaincre les gens, de ne pas avoir peur . Il s’en est pris à ceux qui ne veulent pas assumer d’avoir travailler avec lui, et qui veulent tout lui mettre sur le dos .

Mais dites moi , ce sont des propos de fin de règne, non ? Il y a des gens qui s’éloignent à petits pas du MPS et bientôt, prendront les jambes à leur cou.  Il a, aussi attaqué, ceux qui se sont infiltrés dans les rangs du MPS pour détruire son œuvre .

Dans son bla bla , Deby a fait l’éloge des baministes, ceux qui ont fait les sacrifices et a oublié que certains ont estimé qu’il les avait trahi car il avait promis de ne pas changer la  constitution et de permettre une ré-no-va-tion. Ce fut le cas de Soubiane , ancien baministe , qui a constaté que Deby n’est pas un homme de parole et qu’il ne cèderait  son fauteuil que contraint et forcé . Aussi , il s’engagea dans une lutte armée contre lui, puis, devant l’échec de cette lutte, il négocia sa reddition et le document  signé prévoyait la possibilité pour lui de créer un parti politique . Au finish, il ne fut pas autoriser à profiter des « fameuses expressions plurielles, mensongères et calomnieuses  instaurées par le MPS (dixit Deby )», il avait encore oublié que Deby n’était pas un homme qui respectait ses engagements.

Aujourd’hui, l’ancien baministe Soubiane est dans un placard et selon l’humeur de Deby, il est extirpé pour assister à une audience . Lors du congrès, Deby a déclaré que tous les anciens baministes étaient membres d’office du MPS et voilà donc Soubiane de nouveau membre du MPS ! A lui de refuser en disant ; ce n’est pas mon choix ou d’accepter et d’attendre que Deby qui est désormais candidat à vie, crève pour espérer prendre sa place. C’est cela la philosophie de  l’homme de Bamina !

Idriss Deby a fait un black out total sur la grève des fonctionnaires . Les médias publics ont reçu ordre de ne pas traiter de la question, de même que les responsables du Parti, incapables de défendre les positions du gouvernement, ont applaudi la consigne du black-out. Position commode pour les paresseux qu’ils sont mais totalement irresponsable  au regard de leurs obligations.

 Après la Renaissance en 2010, c’est la Rénovation en 2012.. Comprenne qui pourra ! Personne ne cherchant à comprendre, à se fatiguer à discourir, à débattre. Mais, au fait, débattre avec qui et convaincre qui ?  Les militants du MPS ont compris que la meilleure posture est celle de s’extasier bruyamment, en applaudissant avec des youyous et si possible beaucoup de rires dans la salle ; et l’instant T, c’est  quand Deby sort une phrase qu’on a recopiée quelque part et  surtout réussit à lui faire lire et tant pis, si c’est hors sujet, il y a comme cela de nos jours, des phrases passe-partout pour Président semi-analphabète et militants jouant aux parfaits idiots et pleins de maslaha. Exemples : Deby s’écrie : « C’est cela la démocratie, la majorité dirige et l’opposition s’oppose. », «  la femme se lève la première et se couche la dernière » et tutti quanti. Tonnerre et salves d’applaudissements, standing ovation, youyous, cris, chants ! c’est cela, la Rénovation pour une plus grande efficacité !

 Heureusement que le compte à rebours a commencé .

TIC…TAC… TIC.. TAC ….  

La rédaction de zoomtchad

À propos de l'auteur

2 Commentaires N'hésitez pas à rejoindre cette conversation.

  1. Julien 9 novembre 2012 à 3 h 26 min - Reply

    Une action concertée et prompte est nécessaire

    • Moussa 9 novembre 2012 à 6 h 25 min - Reply

      Il ne lui reste que quelques mois insha Allah !

Réagir à cet article