Dérives dictatoriales au Tchad : La diaspora à l’honneur !

Posté le 30 Mai 2013 - 7:11 Par La Rédaction

Comme prévu, la mobilisation contre les récentes dérives dictatoriales du régime d’Idriss Deby s’est bien tenue samedi 18 mai dernier à la Place du Trocadéro, Paris. Il y a eu vraiment du monde, pour une action organisée en l’espace d’au moins d’une semaine ! Des membres de la diaspora tchadienne en France, dont des dirigeants de CNCD (Conseil national pour le Changement et la Démocratie) et sympathisants des ANCD, MACT (Mouvement d’Action pour le Changement du Tchad) et UFR (Union des Forces de la Résistance) de Paris et environnants ainsi que des « Amis de Tchad » de l’extérieur, se sont en effet donnés rendez-vous au Parvis de Droits de l’Homme.
Seul et unique objectif du rassemblement : dénoncer au grand jour dans la capitale française, la série d’arrestations, de harcèlement, de purges des politiciens et journalistes, et autres forme d’atteintes de droit de l’homme menées par Idriss Deby, dans le pays depuis le début de ce mois. Plus que jamais, M. Deby qui préside le pays durant 22 ans affiche sa ferme volonté de considérer le Tchad comme sa « chose » personnelle. La gouvernance, la liberté d’opinion et le respect des droits de l’homme ne sont que des vains mots au Tchad. L’attitude complaisante de la France envers le dirigeant tchadien a été aussi dénoncée par les manifestants.

Citons quelques uns des banderoles et pancartes brandis à côté des drapeaux tricolores bleu-jaune-rouge lors de ce rendez-vous de la Place du Trocadéro : « Tchad, le changement c’est maintenant ! » « Deby dégage ! » « 20 ans de soutien militaire français au général Deby Itno = 20 ans d’assassinats politiques = 20 ans de pillages » « Deby : assassin ! La France, complice ! » « 20 ans, ça suffit ! »… Il y a eu aussi des présentations des séquences de photos de certains victimes des actes et exactions arbitraires du régime, ainsi que des caricatures du style de gestion du dictateur et ses zélateurs.
La « manif » s’étant bien déroulée, sans aucun incident devant la présence des éléments CRS français ; et ceux qui ont pris parole ont bien développé l’importance d’un tel mouvement contre la violence et stimulant l’urgence d’un changement. D’ailleurs, il n’y a eu pas de conflit de leadership. Elle a fait montre aussi de l’intérêt grandiose qu’accorde la diaspora tchadienne sur leur pays d’origine.
Faut-il justement rappeler que depuis environ une quinzaine d’années, le flux migratoire des tchadiens vers les différents continents (Europe, Arabie, Etats-Unis et Japon) ne cesse d’augmenter. A part une partie qui fut dans l’obligation de choisir l’asile politique, afin de ne pas être traqué par le régime sanguinaire en place, d’autres ont misé leur choix pour des raisons socio-économiques et professionnelles. Dommage que jusqu’à maintenant, aucune orientation et considération claire n’avait été prise par N’Djamena à leur endroit. Alors que selon l’analyse de beaucoup d’experts, comme dans la majorité des pays en développement, la diaspora tchadienne pourra constituer un levier du développement et un élément clé de la réconciliation au Tchad.
Bref, la diaspora tchadienne est à l’honneur ! A nous Tchadiens et Tchadiennes sur notre territoire, de se rendre compte… Et de réagir pour mettre un terme à ce régime décadent.

Moussa

À propos de l'auteur

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Dérives dictatoriales au Tchad : La diaspora à l’honneur !"

Me notifier des
avatar
trackback

[…] Dérives dictatoriales au Tchad : La diaspora à l'honneur ! – MACT … Tweet Tags actualité au tchad Tweet […]

wpDiscuz