Sécurité maternelle : le Tchad parmi les derniers de la classe à travers le monde !

Posté le 2 Juil 2014 - 8:17 Par La Rédaction

A en croire un récent classement annuel effectué par  l’organisation caritative Save The Children, Le Tchad figure dans le peloton de queue des pays au monde où être mère en 2014 est mortel. La France occupe la 20e position dans ce classement.

L’Hôpital de la Liberté à N’Djamena au Tchad – Crédit photo : chiftakef.com

La Côte d’Ivoire, le Tchad, le Nigeria, la Sierra Leone, la Centrafrique, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, la République démocratique du Congo (RDC) et, en dernière position, la Somalie forment le dernier carré des pays  où être mère est dangereux, et surtout mortel en 2014, selon le classement annuel de l’ONG Save The Children.

Ce classement a été établi après une scrupuleuse collecte suivie de la comparaison des   conditions de vie des mères de famille dans  178 pays du monde ;  et ce,  sur l’appréciation d’un certain nombre de paramètres objectifs : leur état de santé, leur niveau d’études, leur situation économique, leur statut politique et le bien-être des enfants.

Cette évaluation des conditions des femmes en maternité ‘à travers le monde est réalisée chaque année, mais tout comme en 2013,   les dix dernières places dans le classement 2014 sont toutes campées par des pays africains.

Et bien entendu, ce sont  naturellement les pays européens qui caracolent en tête de ce classement. Dans le classement actuel, la Finlande est perchée  à la première place, suivie de la Norvège, la Suède, l’Islande, les Pays-Bas, le Danemark et l’Espagne.

Bon à savoir,  la France, est logée, avec la Grèce   à la 20è position. Surprise : les Etats-Unis, traditionnellement champions de tout,  sont classés  à la 31e place.

Il faut en tout cas reconnaitre que les paramètres recueillis par l’organisation caritative laissent entrevoir de frappantes disparités entre les pays riches et les pays pauvres, établissant par ce fait  l’urgence de l’accentuation  des efforts  et des moyens à mobiliser en matière de santé et de bien-être des mères et de leurs enfants aux quatre coins du monde, et surtout dans les pays en voie de développement.

Cette Ong ne pouvait bien  évidemment  pas ne pas tenir compte  des impacts des conflits armés multiformes, des catastrophes naturelles, ainsi que de la mauvaise gouvernance dans bon nombre de pays dans le mal être des familles. En tout cas, les dix derniers pays figurant au fond du classement ont en commun d’avoir  récemment  été en butte à un conflit armé,  ou font tout simplement partie de ceux qui sont considérés  Etats fragiles.

Six de ces derniers de la classe, précise l’Ong  Save The Children ont récemment été victimes de catastrophes naturelles récurrentes. L’un des constats les plus affligeants de cette enquête est que, dans  lesdits  dix derniers du classement, en moyenne une femme sur 27 meurt des suites des complications liées à la grossesse ou au cours de l’accouchement, avec à la clé  un enfant sur sept qui meurt  avant d’atteindre l’âge de 5 ans ; Ainsi, selon  l’ONG, plus de 60 millions de femmes et d’enfants répertoriés à travers la planète ont un urgent besoin de secours humanitaires cette année.

Autre statistique à donner la chair de poule : plus de la moitié des décès maternels et infantiles dans le monde sont survenus dans des zones touchées par des crises. De ce fait, l’organisme appelle les États à améliorer l’accès des femmes en maternité à une meilleure assistance sanitaire  et à promouvoir la stabilité dans les régions les plus fragiles du monde.

Il est en tout cas clair comme de l’eau de roche que le Tchad n’a jamais fait des efforts surhumains pour se préoccuper spécialement de la situation des femmes en maternité. Loin s’en faut.

Tout ce qui a toujours passionné Idriss Deby Itno et son régime, c’est le financement et la pratique de la guerre tous azimuts sur fond d’une étourdissante  gabegie financière. Pourtant, il ne suffirait que de quelques efforts pour améliorer la situation, voire le sort, de ces millions de femmes au Tchad qui manquent d’eau courante, de simple paracétamol ou d’une visite médicale ordinaire.

Ce classement à tout le moins humiliant a été communiqué à Idriss Deby Itno qui, à en croire un témoin aurait dit : « Ce sont des histoires, qui est venu faire une enquête au Tchad ? »

Enquête sur le terrain ou pas, Idriss Deby  peut-il affirmer, qu’il a un seul jour pensé à la mise en implémentation d’une pertinente politique de protection sociale au Tchad ? Une politique prenant résolument compte des innombrables cadets sociaux qui vivent et meurent en silence chaque jour par la faute de gouvernants imprévoyants et peu préoccupés des urgences en matière de prise en charge des couches sociales fragiles. Tant que ça ne changera pas, le Tchad portera certainement encore  longtemps le bonnet d’âne en matière de couverture sanitaire.

La rédaction

 

À propos de l'auteur

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Sécurité maternelle : le Tchad parmi les derniers de la classe à travers le monde !"

Me notifier des
avatar
Toldé
Invité

Idriss DEBY, les siennes et celles des ses parents viennent accoucher avec les frais de l’État et l’argent volé au peuple tchadien à l’étranger et le reste ne préoccupe pas le président du clan kouriera idriss deby.

wpDiscuz