Hypothèque du pétrole tchadien : qui est Glencore ?

Posté le 4 Juil 2014 - 2:08 Par La Rédaction

L’affaire n’en finit pas, depuis une dizaine de jours,  de faire jaser le gotha international de la haute finance et de susciter des grincements de dents dans tous les cercles politiques tant de l’intérieur du Tchad que de la diaspora : Officiellement le Tchad a retenu la compagnie de négoce et courtage de matières premières Glencore pour financer le rachat des actifs pétroliers de Chevron, troisième membre du consortium qui gère l’exploitation du pétrole tchadien dans le bassin de Doba. Une opération estimée, dit-on,  à 1,3 milliards de dollars. Si du point de vue des initiés des méga opérations de haut niveau, ce ne serait ni plus ni moins qu’une obscure opération d’endettement supplémentaire du Tchad,  l’opinion tchadienne, en tout cas, ne comprend rien à rien de cette opération que l’on présente comme destinée à financer l’achat des actifs d’un actionnaire en passant par le FMI qui, pour sa part,  aurait donné son accord, et pour laquelle on parle d’exploitation par anticipation du pétrole sur la base de cours frisant l’arnaque. Mais au delà de ce qui n’est en réalité qu’une  jonglerie de plus d’un régime prédateur qui ne sait plus quoi inventer pour endetter les générations futures pour au moins 150 ans, une question s’impose : Qui est Glencore ? Voici la carte de visite peu, à tout le moins hallucinante,  de ce requin de la haute finance qui n’a  – mais alors pas du tout –  bonne presse nulle part au monde !.

Le géant suisse Glencore – Crédit photo : politicomag.com

Glencore, en réalité Glencore-Xstrata, est une compagnie anglo-suisse officiellement spécialisée dans les opérations de négoce et courtage de matières premières. Elle résulte de la fusion, le 2 mai 2013,  de Glencore, compagnie de négoce fondée par le trader Marc Rich et de la multinationale Xstrata, grosse pointure intercontinentale de l’extraction minière. Elle est basée en Suisse à Baar, dans le canton de Zoug.

En 2011, ce groupe tentaculaire employait plus de 2 700 personnes consacrées au marketing et 54 800 personnes (dans 30 pays)  directement ou indirectement vouées aux opérations industrielles de Glencore.   A ce jour, son personnel serait évalué à 5700 personnes à travers toutes ses activités sur les quatre continents. Selon des données absolument vérifiables, Glencore contrôlait en 2011 environ 60 % de la production du zinc mondial, 50 % de celle du cuivre, 30 % de l’aluminium, 25 % du charbon, 10 % du blé et 3 % du pétrole. Ouf !

Que sait-on  de son fondateur, Marc Rich ? Beaucoup de choses lui sont prêtées. Mais on ne prête qu’aux riches. On sait peu de choses sur son cursus scolaire, mais il se dit sans ambages qu’il aurait été poursuivi à plusieurs reprises pour corruption et évasion fiscale.

Et de Glencore ? On raconte énormément de choses, notamment qu’après avoir évolué pendant pratiquement 37 ans dans un quasi complet halo de mystère, cette société à tout le moins  controversée – notamment pour avoir été lauréate  en 2008 du  prix décerné par le Public Eye Awards de la multinationale la plus … irresponsable sur le plan international –  est tout de même entrée en bourse en 2011. Il est vrai qu’elle avait tout autant réussi l’exploit de se  classer 6e entreprise européenne en 2005.

Son actuel patron exécutif, Ivan Glasenberg, est présenté comme « le premier courtier du monde », avec  son portefeuille de 15,8 % des actions du groupe ; ce qui  représente, il faut le dire, un pactole de 10 milliards de dollars (7 milliards d’euros).

Les activités de Glencore …

Selon son propre site internet, Glencore est un groupe international de marketing et de production intégrée de matières premières actif  dans la « production, l’approvisionnement, la transformation, le raffinage, le transport, le stockage, le financement et la fourniture de métaux et minéraux, produits énergétiques et produits agricoles » dérivant de la production du groupe Glencore lui-même ou de tiers.

Glencore  s’investit également dans l’ingénierie financière et logistique et dans de multiples d’autres services.

En somme une tentaculaire multinationale touche à tout qui fait aussi bien dans  les industries – parmi lesquelles la métallurgie –  l’agroalimentaire (avec 270 000 hectares de terres en culture déclarées en 2011), que dans l’automobile, le pétrolière et la production énergétique. Une production énergétique dont les chiffres donnent des vertiges : 3 % du pétrole négocié à travers le monde en 2010, avec en prime de gros projets (en développement) en offshore au large de l’Afrique, avec,, comme cerise sur le gâteau des actions de poids dans les secteurs du  gaz et du charbon.

Histoire

A en croire son pedigree connu par les plus grands services de renseignements du monde, le  groupe Glencore a pour origine une petite mais ambitieuse société fondée dans les années 1980 par un certain Marc Rich,  homme d’affaires belge controversé, connu pour avoir acquis plusieurs nationalités successives, dont celle américaine. Sa vie même est un véritable roman d’aventures : Condamné aux États-Unis pour violation d’embargo de 1983 à 2001 et inculpé en 1983 par un grand jury fédéral américain pour  plus de 50 chefs d’accusation, il avait réussi à se réfugier  en Suisse.

On ne sait trop comment, il réussit à éteindre toutes les poursuites engagées à son encontre. Mais pendant de longues années, il avait fait partie des dix réfugiés les plus recherchés du monde.

Histoire récente

Selon les données disponibles, le chiffre d’affaires de Glencore aurait,  en 2010  atteint la bagatelle de 102 milliards d’euros (soit environ 145 milliards de dollars). Quant à son bénéfice net, il  aurait été de l’ordre de 3,8 milliards de dollars en 2010.

Le groupe posséderait aussi 55,7 milliards d’euros (79,8 milliards de dollars) en termes de biens immobiliers, et 13,39 milliards d’euros (19,6 milliards de dollars) de participations dans d’autres entreprises.

En février 2007, le président bolivien Evo Morales avait nationalisé  une mine d’étain détenue par une filiale de Glencore. Morales s’était alors justifié en affirmant  que le complexe minier, créé dans les années 1970 sous Hugo Banzer, avait été privatisé et illégalement vendu à Glencore par Gonzalo Sánchez de Lozada, le président chassé suite à la « guerre du gaz », s’était, selon Morales, enrichi illégalement à l’occasion de cette vente.

Scandales

Il faut l’avouer, Glencore affiche une histoire fantasmagorique, et ses multiples opérations d’extensions, d’achats et d’absorptions d’autres entreprises, ainsi que ses extraordinaires combines sur les quatre continents en font une multinationale qui ne pourrait inspirer que  terreur et effroi. Pour preuves voici quelques uns de ses hauts faits d’armes connus et fichés.

Dans l’affaire Pétrole contre nourriture qui avait fait un énorme boucan en son temps, Glencore avait été citée dans le fameux Rapport Volcker pour avoir versé des commissions occultes à Saddam Hussein, l’ancien président irakien.

Glencore et Xstrata (sociétés fusionnées dans le groupe) sont par ailleurs accusés d’avoir rasé des villages entiers et exproprié leurs habitants de force, sur le site des mines de charbon de Cerrejon en Colombie, avec la complicité des autorités et de l’armée.  C’est pour ces faits graves qui leur sont furieusement reprochés que ces deux sociétés se trouvent  dans le collimateur du syndicat des mineurs de Colombie pour corruption et violations graves des droits de l’être humain.

Des Ong des Droits de l’Homme évoquent n’en finissent pas non plus de souvent évoquer cette affaire du peuple indien Wayuu – en Colombie toujours – qui avait été chassé de ses terres ancestrales sur l’instigation de la multinationale par, entre autres, une unité de l’armée habituellement « employée » par la mine pour surveiller ses installations.

Dans ses activités de courtage pétrolier, Glencore est par ailleurs accusé d’avoir été initiatrice d’un mécanisme de vente pétrolière qui a permis à un pays d’Afrique australe de s’endetter lourdement sur ses revenus pétroliers à venir. Exactement comme c’est le cas aujourd’hui au Tchad.

Ce sacrilège  avait  été dénoncé en Afrique du Sud il y a quelques années, suite à la mise au jour via  les journaux The Mail et The Guardian (20-27.05.05) de manœuvres frauduleuses ayant associé la société paraétatique Petro SA qui aurait payé deux fois le prix d’un stock de condensats de pétrole à Glencore) en Afrique du Sud.  Cela s’est passé en décembre 2003, Petro SA ayant avancé 25 millions de dollars à deux reprises pour la même opération s’était noyé dans ce qui avait pris la dénomination de scandale Oil gate.

Il est tout autant connu ce contrat pétrolier mirifique signé par Glencore avec la toute embryonnaire république du Sud-Soudan trois jours seulement après que cet Etat ait accédé à l’indépendance.

Toujours à des fins mafieuses, , le groupe aurait paraphé un contrat avec la National Oil Company de Libye pour l’approvisionner en essence et produits raffinés (avant la levée imminente annoncée des sanctions onusiennes.

En 2003, Roselyne Bachelot, alors ministre de l’environnement avait qualifié Glencore de « voyou » après que ce groupe eut provoqué la faillite de Metaleurop Nord à Noyelles-Godault (usine métallurgique traitant principalement le plomb et le zinc, mais aussi de nombreux autres métaux) en abandonnant un vaste espace foncier pollué en  friche, sans assumer les engagements antérieurement pris par l’entreprise dans le sens de la préservation de  l’environnement ainsi que de la situation sociale et sanitaire locale.

Il  est aussi imputé à Glencore d’avoir provoqué et conduit une énorme opération de spéculation à travers une faramineuse  hausse du prix du blé en 2010.

Selon une enquête conjointe de la BBC et de la RTS, Glencore,  actif dans le bassin du Congo via deux joint-ventures dans l’exploitation minière : Kamoto Copper Company (KCC) et DRC Copper and Cobalt Project (DCP) aurait acheté (75.15% des parts en 2013, et 3300 employés) à la société congolaise Katanga Mining Limited via sa filiale, la compagnie minière Kamoto Copper Company.

Il est par ailleurs dénoncé que dans cette même région du Katanga, le cuivre était extrait par des adolescents et des enfants, notamment dans les mines artisanales de Tilwezembe pour le compte de Glencore. Cette même enquête mentionne qu’à proximité de Kolwezi, une usine hydro industrielle exploitée par Kamoto Copper Company déversait de l’acide sulfurique dans la rivière Luilu. Ce qui en a provoqué la  contamination, provoquant par le fait même l’empoisonnement de la population locale.

En Zambie le même groupe Glencore est dénoncé  pour avoir mis la vie des populations en danger à travers la dégradation de l’environnement, le pillage des ressources minières, une cascade d’évasions fiscales sur fond de  transferts frauduleux de devises en direction des paradis fiscaux.

Voilà donc la multinationale à propos de laquelle, le 13 juin dernier,  le ministre du Pétrole du Tchad avait péroré à l’adresse de tous les tchadiens :

« Après avoir requis le support de plusieurs bailleurs de fonds et étudié leurs propositions respectives, la République du Tchad a décidé de retenir Glencore Energy UK. »

Avant de conclure : «  Le prêt, garanti par les exportations de pétrole brut, sera remboursé sur une période de quatre ans. »

Un proverbe dit : quand on dine avec le diable, il faut se munir d’une longue cuiller. A méditer. Mais, on verra d’ici quatre ans l’ardoise que présentera Glencore qui, à l’examen de son parcours mafieux, ne fait et n’a jamais fait de cadeau à personne.

Et pourquoi en ferait-il au Tchad?

La Rédaction

 

À propos de l'auteur

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Hypothèque du pétrole tchadien : qui est Glencore ?"

Me notifier des
avatar
Zenaib MAI
Invité
Comment pourrions-nous nous taire sans dénoncer ce qui se passe nuits et jours sous nos yeux depuis 24 ans sous le régime corrompu, délinquant, dictatorial, mafieux et criminel de Idriss DEBY ITNO ? Aussi nous ne pouvons pas rester sans dénoncer les plans et les modes de système de pillage de nos ressources initié par le parti bamina le MPS en complicité avec les vautours qui planaient depuis dans le ciel gris tchadien à la recherche ce qui est sur la terre et sous la terre de notre patrimoine . Les soient disant humaniste, mondialiste ne s’apitoieront pas les supplices… Read more »
zenitiry maloumi
Invité
Zenitiry maloumi Le Tchad est devenu la vache laitière, leurs séjours des paradis terrestres pour le président Idriss Deby Itno, sa famille et les lobbys qui les soutiennent et un enfer pour les tchadiens Le rêve est-il une réalité ? Oui et non! Mais les Itno khamiss, leurs collaborateurs et les lobbys qui les soutiennent leurs actions néfastes rêveraient de gouverner encore longtemps à leur guise le Tchad D’après les oracles maraboutiques, fétichistes, magiques et autres, ils rêvent de régner à la tête du Tchad 40 ans. Jadis les gens que » quand vous faites du mal (injustices, abus de… Read more »
jean BADJIM
Invité
La faiblesse de idriss deby Itno est due à ses rancunes tenaces ,il avait su depuis les événements de 3 février que le peuple dans sa plus grande composante ne veut pas de idriss deby et ni de son parti état le mps c’est pourquoi il tient à se venger en recourant à des actions inhumaines diaboliques pour le maintenir continuellement dans cette situation de précarité , sans liberté ,sans lumière ,sans eau et sans nourriture afin le dompter .Le peuple Martyrs du tchadien ne se laisser pas idriss deby et sa clique de prendre le dessus , les jours… Read more »
Niguir hâ djouchi
Invité

Devant ses parents,Idriss Deby ITNO ne se montre pas comme le président de tous les tchadiens, c’est pourquoi déjà, ils ont eu la mainmise sur lui dans tous les domaines réservés à l’état tchadien. Lors de ses fréquentes réunions familiales, les intervenants lui demande souvent de faire telles choses dans tels domaines, telle à la personne à la tète de telle direction et autres à la places des telles directions juteuses, il faut nommer tels fils, tels neveux, tels beaux fils et autres personnes très attachées à notre famille au sein de l’administration.

nouga tamy
Invité

Idriss deby disait mon pétrole,jamais il n’a dit que c’est le pétrole tchadien. on le dit qu’il est généreux ,là s’ il le veut ,il peut vous faire des dons comme son épouse avait l’habitude de vous distribuer des cadeaux sous forme des dons.

wpDiscuz