Tchad : la banqueroute effective !

Posté le 27 Juil 2015 - 3:41 Par La Rédaction

Manifestation

Au moment où tous les indicateurs économiques et sociaux sont au rouge vif au Tchad, Idriss Deby Itno et son régime persistent à continuer de rouler des mécaniques comme si de rien n’était. Malheureusement, la situation est si grave et tellement préoccupante que personne ne peut l’imaginer. Il est fort à craindre que d’ici peu, le couvercle de la marmite ne saute. Tout simplement.

Les caisses de l’État tchadien sont désespérément et tristement sèches. La preuve : A ce jour – soit moins d’une semaine avant la fin du mois de juillet -, les salaires des fonctionnaires du mois de juin n’ont toujours pas été honorés. Ce qui ne s’était pas vu dans ce pays depuis très longtemps. Tout comme depuis plus de dix ans, les populations n’avaient été contraintes à se serrer la ceinture pendant la période du jeûne du Ramadan.
Les tchadiens viennent de subir cela. Et personne ne peut leur dire que ce pourrait n’être qu’une période passagère.
Pourtant, pendant cette période de privation et de sublimation spirituelle, Idriss Deby et les caciques de son régime s’étaient transportés à Amdjaress, pour festoyer sans arrêt, se souciant peu des autres tchadiens qui, eux, avaient toutes les peines du monde à « casser le jeûne » tous les soirs, faute d’argent. Faute de salaires.
Pendant que les tchadiens mangent de la vache enragée, Deby, son clan et ses apparatchiks s’en mettent plein la panse. Sans souci.
En tout cas, l’opposant Saleh Kebzabo n’a pas usé de circonlocutions pour dresser cet hallucinant état des choses dans la cadre d’une conférence de presse tenue tout récemment au siège de son parti au quartier Chagoua : « les finances publiques sont exsangues, les caisses de l’État désespérément vides et le Tchad est en situation de banqueroute totale. A déclaré haut et fort le chef de file de l’opposition tchadienne qui a conclu : « Au lieu de le reconnaitre humblement et de mobiliser les potentialités nationales pour y faire face, le gouvernement s’enfonce dans une fuite en avant. »
Une fuite en avant dans le noir qui va certainement bientôt se buter contre le mur de la mobilisation des syndicats tchadiens qui, excédés par la situation insupportable, viennent de lancer, ni plus ni moins, un mot d’ordre de grève illimitée à compter du 27 juillet prochain sur toute l’étendue du territoire.
Il faut dire que les motivations de cette grève – qui risque de paralyser tout le pays –  ont été expressément déclinées par un accablant chapelet de constats. Pèle mêle : En premier lieu, à cause de la situation salariale délétère, l’Union des Syndicats du Tchad (UST) s’est interrogée sur la destination réelle des recettes douanières, pétrolières et fiscales.
Une interrogation lancinante surtout que personne n’ignore au Tchad que les recettes des services des Douanes sont systématiquement déposées tous les soirs dans le bureau du Directeur des Douanes qui n’est autre qu’un certain
Saleh Deby. Ce personnage, analphabète complet, n’a de comptes à rendre qu’à son frère de Président de la République, et se limite à verser ce pactole quotidien dans son compte personnel. Ahurissant !
Comme quoi, les recettes douanières de tout le pays ne seraient en tout et pour tout que la « part » de Deby Saleh qui n’a aucune obligation de les verser dans les caisses de l’État.
En tout cas, de source très introduite, la nouvelle circule à N’Djamena et même rapportée par un de nos confrères en ligne que, tout récemment – en cette période de forte tension de trésorerie – le Premier ministre, chef du gouvernement, aurait appelé Saleh Deby au téléphone, et lui aurait demandé de bien vouloir lui avancer 4 milliards de FCFA pour procéder à une avance sur les salaires des agents de l’Administration. Réponse du Directeur présidentiel : « Ce n’est pas toi mon interlocuteur : ». Clac ! Téléphone raccroché.
Et jusqu’à ce jour, pas un seul kopek de cet argent – qui ne devrait aucunement être la propriété d’un seul individu ou d’un clan familial –  n’a été décaissé pour atténuer les souffrances des pauvres salariés tchadiens privés de leur droit le plus absolu : disposer de leur dû mensuel pour faire vivre leurs familles respectives.
Ainsi en est-il de la gouvernance du régime Deby qui ne respecte aucune règle de l’orthodoxie de la gouvernance.
Les syndicats ont tout autant constaté – dans leurs revendications – que, ni les hôpitaux, ni les délégations sanitaires n’ont obtenu la moindre subvention depuis le début de l’année 2015, ce qui porte indubitablement atteinte au fonctionnement de ces centres chargés de la santé des populations. A cet effet, les syndicats ont exigé la régularisation immédiate de ces subventions.
Comment cette situation tropicale va-t-elle se dénouer ? Idriss Deby devra-t-il, en désespoir de cause, mettre la pression sur son frère afin qu’une petite partie des revenus tchadiens sorte du compte bancaire de son frère qui se moque royalement des difficultés du pays ?
Personne ne saurait le dire pour l’heure, mais il faut l’espérer : Tout ce cinéma aura bien une fin un jour. Mais d’ici là, que ne faudrait-il pas endurer ? C’est ainsi une raison de plus pour interpeler la jeunesse et les forces vives tchadiennes à se mobiliser pour mettre fin à une dictature et un calvaire qui durent depuis un quart de siècle.
La Rédaction
À propos de l'auteur

4 Commentaires N'hésitez pas à rejoindre cette conversation.

  1. toldé michel 6 août 2015 à 20 h 47 min - Reply

    -Pour un repli tactique et une stratégie prévisionnelle ,prochainement les sous du trésor TCHADIEN seront stocké dans les banques d’AMDJARASS!

  2. tehi jirénga 7 août 2015 à 18 h 15 min - Reply

    Dieu seul sait pour combien du temps ! Mais aujourd’hui le patrimoine tcha

  3. tehi jirénga 7 août 2015 à 18 h 19 min - Reply

    Dieu seul sait pour combien du temps ! Mais aujourd’hui le patrimoine tchadien est entre leurs mains les ITNO et leurs consorts . Dieu merci ! on attend sa décision.

  4. zenaibou mai 11 août 2015 à 1 h 29 min - Reply

    -Selon une source d’information ,le pouvoir familial des itno venait de décaisser dans le trésor de leur conteneur à la résidence présidentielle D’ AMDJARASS des milliard des francs cfa ,pour acquérir des nouvelles ARMES sophistiquées dans les dépôts de l’ Europe de l’est.

Réagir à cet article