Tchad – Le MACT appelle le peuple tchadien à empêcher ce 5eme Hold-up électoral d’Idriss Deby.

Posté le 4 Mar 2016 - 4:14 Par La Rédaction

MACT-Logo

 

Communiqué N°001/CC/MACT/16


Le Mouvement d’Action pour le Changement au Tchad (MACT) attire l’attention de l’opinion nationale et internationale sur la dégradation de la situation politico-sociale au Tchad à quelques semaines d’une élection présidentielle imprévisible pour le candidat Deby.

En effet, toutes les consultations électorales organisées au Tchad depuis un quart de siècle, l’ont été à sens unique, frauduleuses, gagnées d’avance par le parti-Etat MPS, auxquelles ni l’opposition politique et encore moins les populations tchadiennes n’avaient accordé un réel espoir de changement. Un blanc-seing qui a toujours permis à Idriss Deby et son régime d’agir en toute impunité, surtout quand ces impairs démocratiques sont à chaque fois couverts par une communauté internationale incroyablement complaisante.

Au-delà de l’illégitimité des institutions de la République, le MACT a toujours informé et alerté l’opinion nationale et internationale sur la gestion calamiteuse de l’administration et des finances publiques, les dépenses extra-budgétaires sources de détournements des deniers publics, la corruption qui gangrène les forces de sécurité et la magistrature, l’injustice sociale, le chômage des jeunes, les crimes et viols organisés, etc. Une mal-gouvernance qui a plongé les populations tchadiennes dans une précarité et pénibilité jamais égalées dans le passé.

Récemment, sous couvert de la lutte contre le terrorisme (BokoHaram) l’état d’urgence a été instauré et la peine de mort rétablie. Depuis, les libertés fondamentales les plus élémentaires sont quotidiennement bafouées au Tchad. Le droit syndical interdit, les étudiants matraqués en public, leurs revendications étouffées. Mieux, le Ministre de l’intérieur interdit maintenant au peuple tchadien d’user de son droit constitutionnel de manifester pacifiquement pour exprimer son indignation. Ce fut le cas suite au viol collectif dont a été victime la jeune lycéenne Zouhoura, viol commis par des fils de hauts dignitaires du régime Deby. La police, fidèle à sa politique répressive, a causé la mort de trois jeunes élèves, blessés plusieurs dizaines d’autres et procédé à des arrestations massives. Le MACT condamne sans réserve toutes ces violations des droits humains qui affectent la dignité et les valeurs cardinales du peuple tchadien et exige que la Justice soit parfaitement rendue pour toutes les victimes.

Aujourd’hui, le régime Deby peut se glorifier de la fracture sociale béante que ni les trompes-œil réalisés sur fond de corruptions et détournements, ni les déclarations polémistes et tardives sur l’impérialisme, ni la cosmétique médiatique commandée à coup de millions de francs pour maquiller l’image d’un chef d’Etat aux abois, ne peuvent camoufler.

C’est dans ce paysage apocalyptique qu’Idriss Deby briguera le 10 avril prochain un 5ème mandant pour porter son compteur à 31 ans de pouvoir sans partage. Diminué par son état de santé vacillant et incapable de s’occuper de la montagne de problèmes qui amoncellent chaque jour sur son bureau de Ndjaména qu’il a déserté pour son village natal, Idriss Deby n’a ni la force, ni les arguments de sa réélection. Seule la fraude et uniquement la fraude éviterait à Idriss Deby une descente aux enfers. Tout a été pensé, analysé, calculé, planifié et anticipé pour ne pas rater le coche décisif de 2016, allant jusqu’à trôner sur le siège de l’Unité Africaine, perçu comme un gage de réélection au Tchad.

Dès lors, le peuple tchadien souverain qui a montré ces derniers jours sa farouche détermination à en finir avec ce régime usurpateur et prédateur du MPS, se trouve de facto dans une situation quasi insurrectionnelle. A cet effet, le MACT lance un nouvel appel :

  • aux formations politiques,
  • aux élus du peuple (Députés, Maires),
  • aux corps judiciaires (Magistrats, Avocats),
  • aux forces de défense et de sécurité,
  • aux organisations de la société civile,
  • aux représentations diplomatiques au Tchad
  • aux organisations politiques (ONU, UE, UA, CEEAC)
  • aux partenaires économiques du Tchad,
  • aux organisations religieuses,
  • aux organisations féminines,
  • à la jeunesse tchadienne,
  • à la diaspora tchadienne,

et les invite à se mobiliser individuellement et collectivement pour empêcher ce 5ème hold-up électoral. Toutes les dispositions anti-fraude doivent être prises pour rendre impossible ce 5ème mandat d’Idriss Deby.

Le MACT qui dispose ses bases militaires sur le territoire national est d’ores et déjà en alerte et suit de très près le déroulement des événements. Le MACT n’a d’autres objectifs que la libération du peuple tchadien du joug du régime prédateur du MPS. La lutte pour la libération nationale, la sécurité des populations tchadiennes et la réhabilitation des institutions démocratiques de la République demeurent sa priorité n°1 et passeront avant toute autre chose et particulièrement celle contre le terrorisme international.

Le MACT invite chaque tchadien, chaque tchadienne à joindre l’acte à la parole, notre Liberté naître de notre courage.

Vive le MACT
Vive le peuple tchadien
Vive le Tchad

Fait au Tibesti, le 3 mars 2016.

La cellule de communication du MACT

>>> Lire le communiqué en format PDF

À propos de l'auteur

6 Commentaires N'hésitez pas à rejoindre cette conversation.

  1. zenaibou mai 8 mars 2016 à 2 h 58 min - Reply

    les combattants pour changement au Tchad, le peuple tchadien vous attend

  2. nOURÉNE chereb 9 mars 2016 à 1 h 57 min - Reply

    Une mascarade le peuple tchadien n’ en croit pas aux élections présidentielles,d’avance tout sait que c’est Idriss DEBY qui revient

  3. toldé michel 10 mars 2016 à 0 h 47 min - Reply

    Nous en sommes convaincus que Le MACT ne se mariera pas avec m’importe quel diable venir à bout de la dictature debyenne.C’est par son esprit de patriotisme!

  4. michel Madjigoto 11 mars 2016 à 1 h 49 min - Reply

    INCHALLAH ! Le régime tend vers sa fin,le pouvoir de MPS a peur d’un simple coup de sifflet.Nous pensons que prochainement l’usage de sifflet sera interdit à la police!

  5. tchouwou tchatchatchi tchingui 12 mars 2016 à 2 h 37 min - Reply

    Il y a des milliers des ZOUHOURA qui ont subi des viols , quand le moment viendra où leur vie sera sécurisée ,elles dénoncerons leurs auteurs de ces actes barbares sauvages animal!

  6. holi adam 20 mars 2016 à 2 h 33 min - Reply

    La balle est maintenant dans les camps des autres politico-militaires,le MACT a fait et continue de faire appels à toutes les forces à l’unité , enfin de pouvoir chasser la dictature au Tchad.Arrêtons les calculs politiciens ,les ambitions personnels, tribales, claniques et régionalistes,pensons au devenir de notre pays et libérons le peuple tchadien sous le joug de mps.

Réagir à cet article